Scale AI annonce quatre nouvelles chaires de recherche en intelligence artificielle qui sauront stimuler l’innovation en matière d’IA au Canada

Montreal, Quebec - 14 décembre 2021

Scale AI est fière d’annoncer la création de quatre nouvelles chaires de recherche en IA dans de grandes universités canadiennes.

Partager

Ces investissements permettront d’assurer le leadership du Canada en matière de recherche en IA en attirant et retenant parmi les jeunes chercheurs les plus brillants du domaine. Ceux-ci rejoindront les rangs d’experts mondiaux en matière d’IA, représentant ainsi l’avenir dans le domaine. Les chaires sont les suivantes :

  • La Chaire de recherche Scale AI en intelligence artificielle pour la mobilité et la logistique urbaines, à HEC Montréal, détenue par la professeure Carolina Osorio ;
  • La Chaire de recherches Scale AI en science des données pour le commerce de détail, à l’Université McGill, dont le titulaire est le professeur Maxime Cohen ;
  • La Chaire de recherche Scale AI sur les chaînes d’approvisionnement pilotées par les données, de Polytechnique Montréal, dont le titulaire est le professeur Thibaut Vidal ;
  • La Chaire de recherche sur les algorithmes axés sur les données pour les chaînes d’approvisionnement modernes, de l’Université de Toronto, dont le titulaire est le professeur Elias Khalil.

Grâce à un financement de 2 millions de dollars, fourni à parts égales par Scale AI et les quatre établissements universitaires, chacune de ces chaires concentrera ses recherches sur l’application de l’IA à différents aspects des chaînes d’approvisionnement. D’ici 2023, Scale AI aura contribué à la création de 10 chaires de recherche en IA à travers le Canada, pour un investissement total de 20 millions de dollars.

« Alors que nous nous relevons de la pandémie, ces chaires de recherche en IA des grandes universités du Québec et de l’Ontario contribueront à recruter et à maintenir en poste les personnes les plus talentueuses qui soient et à créer de nouveaux débouchés au sein de l’économie numérique canadienne »,

Ministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie du Canada, l’honorable François-Philippe Champagne.

Julien Billot, directeur général de Scale AI, note : « Nous avons remarqué l’impact incroyable des chaires de recherche en IA dans nos universités, car elles créent un environnement favorable pour que les esprits les plus brillants puissent échanger leurs idées les plus créatives et innovantes. Nous sommes fiers de soutenir ces chaires. »

Pour sa part, Hélène Desmarais, co-présidente du conseil d’administration de Scale AI, ajoute : « Non seulement les chaires soutiennent des projets menés par des professeurs d’intelligence artificielle de haut niveau, mais elles permettent à nos universités de faire partie intégrante de l’écosystème canadien de l’IA, rendant ainsi notre pays plus compétitif à l’échelle mondiale. »

Quatre chaires, quatre axes de recherche innovants

La Chaire de recherche en IA de HEC Montréal sera axée sur l’optimisation basée sur la simulation (OS) pour les problèmes de chaîne d’approvisionnement, de logistique et de transport, en utilisant des méthodes d’IA de pointe. Le professeur Osorio dirigera le développement d’algorithmes permettant de s’attaquer aux problèmes de la chaîne d’approvisionnement à la fois à l’échelle et de manière efficace, de sorte que les algorithmes puissent être facilement utilisés par les entreprises et les intervenants publics pour résoudre leurs problèmes les plus urgents et les plus difficiles. “L’objectif de cette chaire est de permettre que l’utilisation de ces données détaillées aille au-delà de l’analyse des hypothèses, mais que celles-ci soient utilisées, de manière systématique, pour optimiser la conception et les opérations de chaînes d’approvisionnement complexes”, mentionne Caroline Aubé, directrice de la recherche et du transfert de connaissances à HEC Montréal.

Les programmes de recherche proposés par l’Université McGill portent principalement sur le développement et le déploiement de nouvelles méthodes et de nouveaux outils de science des données pour aider les détaillants, les consommateurs et la société. Étant donné que la grande majorité des détaillants ont commencé à recueillir des quantités massives de données granulaires, il est crucial de trouver des moyens efficaces d’exploiter ces données. “En s’appuyant sur les recherches du professeur Cohen sur la science des données et le commerce de détail, ce programme quinquennal a pour objectif de tirer parti de la science des données pour améliorer les pratiques de vente au détail, tout en mettant l’accent sur le bien-être social et la durabilité”, mentionne Yolande Chan, doyenne, Faculté de gestion Desautels, Université McGill.

Polytechnique Montréal vise à poursuivre, au sein de la Chaire de recherche Scale AI sur les chaînes d’approvisionnement pilotées par les données, un agenda de recherche axée sur les chaînes d’approvisionnement et l’optimisation du transport en mettant l’accent sur la transparence algorithmique et l’explicabilité.” Notre objectif est de progresser vers des algorithmes d’aide à la décision combinant la force d’optimisation des métaheuristiques et des algorithmes de programmation mathématique de pointe avec des qualités supplémentaires essentielles telles que la précision, l’actionnabilité et l’interprétabilité “, déclare Gilles Savard, Directeur général suppléant de Polytechnique Montréal.

La chaire de recherche proposée par l’Université de Toronto se concentrera sur les problèmes d’optimisation mathématique qui sous-tendent une grande partie de la GCA, et visera à créer la prochaine génération d’algorithmes de GCA alimentés par la ML pour relever les défis du Canada. Markus Bussmann, titulaire de la chaire et professeur de génie mécanique et industriel à l’Université de Toronto, déclare : “Les défis que nous ciblons ont trait aux conséquences de la COVID-19 sur la chaîne d’approvisionnement en matériel médical et la distribution des vaccins, à l’évolution des comportements et des attentes des clients, qui doit être prise en compte pour améliorer la compétitivité des entreprises canadiennes sur le marché mondial, et aux effets du changement climatique qui menacent la sécurité alimentaire du Canada et nécessitent la prise en compte des préoccupations environnementales dans les décisions de GCA.”

Voir communiqué

Rendu possible grâce
au soutien financier de
Gouvernement du Québec
Gouvernement du Canada